Littérature de voyage·Témoignage

Deux livres pour s’évader…

Bonjour à tous,

Me voici de retour de vacances, ressourcée et des étoiles dans les yeux ! J’espère que vous êtes également en forme. Revenant d’un voyage, je me suis dit que c’était l’occasion de vous parler de deux livres « évasion » que j’ai eu l’occasion de lire dernièrement.

Géographie de l’instant de Sylvain Tesson

Le premier, je vous avais annoncé l’emporter dans ma valise thaïlandaise : il s’agit de Géographie de l’instant de Sylvain Tesson. Sylvain Tesson est un auteur que j’ai déjà découvert au travers du récit de son tour du monde, co-écrit avec Alexandre Poussin, On a roulé sur la Terre. Un livre que j’avais adoré. J’aime énormément l’écriture et la pensée de cet auteur. En lisant ce titre « Géographie de l’instant » je ne suis donc pas posé de question avant de l’acheter. Je n’ai même pas lu la quatrième de couverture.

En le commençant dans l’avion, j’ai été légèrement déroutée. Je m’attendais à ce qu’il parle beaucoup plus de voyages, objet habituellement central des livres de l’auteur. Ce recueil est plutôt un concentré de pensées, d’observations, des « méditations » de l’auteur sur l’actualité ou sur ce qu’il voit. Il nous livre ici ses carnets d’écriture, ses réflexions face aux informations quotidiennes, lues, vues ou entendues ; vis-à-vis du voyage, de la lecture et nombreux autres sujets. Parfois, il s’agit d’un instant fugace capté au cours de ses pérégrinations ; une observation sur la nature, la géographie… A d’autres moments, une expression, une petite phrase ou une conversation entendues ou lues. Comme toujours, c’est terriblement bien écrit, fluide, toujours le mot juste, un brun d’humour, d’auto-dérision et une plume poétique. Il nous offre également énormément de références littéraires où on a envie de se plonger à notre tour quand ce n’est pas déjà fait.

Ce livre n’est pas toujours léger. Sylvain Tesson y aborde régulièrement la guerre, les catastrophes naturelles ou écologiques… Il y tient parfois un discours engagé. Mais il s’allège à d’autres en nous proposant des envolées sur le voyage, la solitude et la beauté de la nature.

Bref, un recueil étonnant qui réussit tout à la fois à nous faire voyager et réflechir grâce à une plume bien affutée.

Petite de Sarah Gysler

Dans ce court roman autobiographique, Sarah Gysler nous raconte son histoire : sa vie familiale, son enfance difficile, volontairement solitaire, ses premiers boulots et l’absence de satisfaction personnelle, jusqu’au jour où elle décide de prendre la route. Seule et sans un sou, direction le Cap Nord.

La première partie du roman porte sur la vie de Sarah avant son départ. Ses blessures, ses tourments, ce qui l’a fait grandir et ce qui a constitué sa personne. Ce premier volet permet de mieux la comprendre pour finalement aboutir au point déclencheur de son voyage. J’ai particulièrement aimé cette deuxième partie.

Sarah se lance dans l’aventure, en auto-stop, sans l’ombre d’un itinéraire et sans savoir où elle dormira chaque soir. Elle ne connaît que sa destination finale : le Cap Nord. Courageuse, elle débute son voyage avec quelques appréhensions pour finalement les surmonter, se faire confiance, faire confiance aux autres; et en ressortir grandie. J’ai vraiment aimé les messages transmis et suivre l’épanouissement de Sarah tout au long du livre. Ce récit est également un témoignage sur la générosité des gens, et un vrai contre-argumentaire sur la dangerosité d’un voyage solitaire pour une femme.

D’ailleurs, on me demande souvent ce que ça fait de voyager « en tant que femme ». Est-ce qu’on a déjà demandé à un homme son ressenti sur le voyage au masculin ?

Aventure humaine, Petite offre des moments touchants, des instants qui réconfortent sur la nature humaine.

Une écriture sensible, qui pointe du doigt certains travers de la société, Sarah Gysler m’a embarquée dans son voyage alors que je revenais moi-même du mien.


4 commentaires sur “Deux livres pour s’évader…

    1. « Petite » est vraiment sympa et c’est un petit volume vite lu. 😉 Après, il ne faut pas s’attendre à ne lire qu’un récit de voyage. Les beaux messages de la route contrastent avec une première partie plus sombre sur la vie de l’auteur. Si tu te lances, je serai ravie de lire ce que tu en as pensé.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s