Bilans lectures·Challenges

[Pumpkin Automne Challenge] Lectures d’Automne douceur de vivre

Bonjour à tous !

Le Pumpkin Automne Challenge touche à sa fin et il est de temps pour moi de vous faire (enfin !) un petit retour sur mes lectures. Aujourd’hui, je vous parle des livres lus dans le cadre du menu Automne douceur de vivre.

Il fait un temps épouvantail

Dans cette catégorie, j’avais décidé de lire Simetierre de Stephen King. Un livre tout à fait adapté ! Une partie de l’histoire se déroule en automne et il y est question de cimetières dans une ambiance angoissante !

La famille Creed (Louis, médecin, sa femme Eileen, leur fille Rachel, le bébé Gage et leur chat) viennent emménager dans la petite ville de Ludlow, dans une grande maison ancienne. Louis fait la connaissance du vieux Jud Crandall, son voisin d’en face, qui lui montre le quartier et particulièrement un petit cimetière aux animaux avec sa pancarte mal orthographiée créé par les enfants de la ville.

Un jour, le chat se fait écraser. Creed décide de l’enterrer avant que les enfants ne découvrent le désastre, et demande de l’aide à Jud. Pendant qu’ils enterrent le chat, le vieil homme lui raconte à demi-mots une légende qui court sur ce cimetière.

Puis le chat revient. Vivant. Mais pas tout à fait le même. Et c’est alors qu’un nouveau drame surgit.

Comme souvent avec Stephen King l’accent est mis sur l’ambiance et la construction des personnages. Le roman est angoissant. Les personnages sont riches et psychologiquement intéressants. L’histoire elle-même autour de ce mystérieux cimetière des animaux m’a beaucoup plu. Seul petit regret, malgré les quelques 600 pages de lecture, il se passe finalement très peu de choses dans ce roman. Le temps peut sembler un peu long par moment.

Siroter un thé à la cannelle sous les saules

Pour cette lecture douceur, j’ai choisi L’Arrache-mots de Judith Bouilloc.

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.

Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !

Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

En tout premier lieu, je dois dire que j’ai adoré l’idée. Faire vivre les histoires qu’on lit, quelle belle invention ! Notre héroïne crée des sortes d’illusions à partir des histoires qu’elle lit, déployant un petit théâtre d’illusions pour ses auditeurs. L’univers de ce livre a été pour moi un des points forts de l’histoire. Il est bien décrit, très visuel. On s’y voit ! Il a un petit côté exotique qui m’a fait complètement voyager.

Les personnages sont intéressants. Très clairement, on y retrouve un soupçon de La Passe miroir de Christelle Dabos. Heureusement l’autrice a su s’en détacher.

Ce roman c’est un bonbon tout doux, une lecture sucrée qu’on lit avec plaisir. Seule petit regret qui ne tient qu’à mes yeux d’adulte : une intrigue un poil trop simple où tout se joue finalement sur la fin.

Fafnir ton assiette, sinon pas de piécettes

Quand les anciens dieux se sont installés en Amérique, amenés par de hardis navigateurs puis par les vagues successives d’émigrants, ils pensaient trouver un territoire à la mesure de leurs ambitions. Peu à peu, cependant, leurs pouvoirs ont décliné : Anubis – l’ancien dieu des morts égyptien – en est réduit à travailler dans une entreprise de pompes funèbres ! Et de nouvelles idoles – cinéma ou Internet – se sont imposées. C’est pourtant un humain, Ombre, qui se retrouve au cœur d’un conflit titanesque : à peine sorti de prison, découvrant que sa femme est morte et que son meilleur ami était son amant, il accepte un contrat aussi dangereux qu’étrange…

American Gods de Neil Gaiman est une lecture qui me marquera sans aucun doute. J’ai tout simplement adoré l’idée de ce livre. Les anciens dieux de toutes les mythologies (orientales, européennes, africaines…) affrontent les nouveaux (Média, Internet…). C’était tellement bien vu ! J’ai adoré découvrir chacun de ces personnages et en même temps qu’eux des pans de culture qui m’étaient parfois totalement inconnus. Je n’ai rien vu venir de l’intrigue, rondement bien menée, avec des belles réflexions, un poil philosophique. Un roman tout en subtilités qui prend son temps. Les personnages sont complexes, intéressants. Un livre qui mériterait une seconde lecture pour pouvoir appréhender toutes les facettes.

Window to the past

Pour cette catégorie, j’ai lu La saison de la sorcière de Roland Wagner.

Une vague d’attentats tout aussi déroutants qu’inexplicables ébranle les symboles de puissance des nations les plus industrialisées. L’Europe est particulièrement touchée par cette nouvelle forme de terrorisme à nulle autre pareille, qui fait usage de forces surnaturelles mais épargne les vies humaines. Pour les États-Unis, puissance tutélaire et parangon impérial(iste) du monde occidental, la lutte contre les « sorciers du tiers monde » est une priorité absolue, voire une mission sacrée. Qui ne s’embarrasse d’aucune demi-mesure : recrutement à tour de bras de bataillons de mages soldats, invasion de la France et d’une partie de l’Europe sous prétexte de « protéger » le Vieux Continent… La tension internationale est à son comble. C’est dans ce contexte global de lutte acharnée contre les « forces du Mal » que Fric, jeune zonard français fraîchement sorti de prison, doit entamer sa réinsertion…

Roland Wagner nous offre ici un roman un peu déjanté. Dans un monde uchronique, les Etats-Unis semblent régner en maître conquérant, luttant contre des terroristes et faisant la chasse aux sorcières. Du côté des personnages, nous avons une belle brochette de héros-anti-héros zonards. Malheureusement ils ne sont pas très creusés. Pour moi, ce livre, plus qu’une histoire de SF-Fantasy, propose une réflexion sur la domination, la colonisation… L’histoire en elle-même reste très plaisante à lire même si elle sera vite oubliée.

Les avez-vous lus ?

2 commentaires sur “[Pumpkin Automne Challenge] Lectures d’Automne douceur de vivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s